Madame, Monsieur,

Cher-e-s ami-e-s,

Des milliers de personnes arrivent dans notre pays fuyant la guerre et les conflits armés dans leurs pays, il faut rappeler à cet égard que l’asile est :

1. un devoir moral, celui de protéger et sauver des vies ;

2. une obligation juridique qui découle de la Convention de Genève

3. une responsabilité politique.

N’oublions jamais que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement. L’année passée notre commune a commémoré le centenaire de la Grande Guerre. Michaël Amarra (ULB), dans sa thèse « Des Belges à l’épreuve de l’Exil » estime que plus d’un million de réfugiés belges ont été accueillis en France, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne en 14-18. « La manière dont une société traite les individus repoussés à sa marge -étrangers, pauvres, femmes, fous, délinquants- en dit long sur les grands principes qui la sous-tendent. »

 

Le « Grand Exode », qui fut également appelé l’évacuation, a jeté sur les routes en mai 40 entre 1,5 million et 2 millions de Belges qui parvinrent au sud de la Somme, en France. Mais, nous dit l’historien Jean Vanwelkenhuyzen, il est probable que près de la moitié de la population de notre pays quitta son foyer.

 

En tant que citoyens belges nous avons donc une obligation morale de réserver le meilleur accueil possible à ces milliers de femmes, hommes, enfants, familles fuyant la guerre et cherchant un peu sécurité au péril de leur vie.

A ce sujet coupons court une fois pour toutes à ces multiples préjugés véhiculés par les réseaux sociaux, les forums d’une certaine presse et « discussions de comptoir du Café de commerce ». Pour une information la plus objective possible nous ne pouvons que conseiller de lire la brochure qu’ Amnesty international a publiée à ce sujet : « Répondre facilement à 10 préjugés sur la migration »

Et n’oublions pas : En 2014, environ 500.000 Belges vivaient à l’étranger, càd. 5% de la population belge !

« Pendant que certains partis politiques veulent instaurer un « Parcours d’accueil obligatoire » pour toutes ces personnes, sachons que 40 % des personnes voulant s’inscrire à des cours de français (langue étrangère) ne trouvent pas de place dans les classes aujourd’hui faute de moyens. Toutes ces personnes désireuses de s’intégrer chez nous par l’apprentissage d’une de nos trois langues nationales doivent pouvoir bénéficier des aides nécessaires : une obligation de résultat qui va donc de pair avec une obligation de moyens ! L’enjeu n’est donc pas l’obligation d’apprentissage, mais l’obligation de moyens ! » Matthieu DAELE, député wallon et de la FWB (Ecolo)

Quiconque a vu les photos ces derniers jours ne peut qu’être profondément touché et ému à la vu du petit Aylan, cet enfant syrien mort sur une plage turque à Bodrun, plage occupée d’habitude par les touristes… européens. Il est plus que temps que les Etats prennent leur responsabilité co

mme cela a été rappelé par le député européen ECOLO Philippe Lamberts : Intervention de Philippe Lamberts au Parlement européen

source Ecolo – Thimister

 

Share This