Compte-rendu de l’interpellation du conseiller communal   ECOLO Claude BROUET  lors de la séance du 03 septembre 2011 

 

Point 11: Constitution d’un groupe de travail en vue de l’étude d’un parc naturel conjoint entre les communes de Stoumont et de Spa. 

ECOLO se réjouit de ce point à l’ordre du jour car il faisait partie de son programme électoral de 2006 ! 

 

Nous avons regretté que le groupe de travail fût composé seulement de 3 représentants dont 2 de la majorité et un de l’opposition. Quatre représentants auraient permis une représentation pluraliste du groupe de travail mais lors de la discussion, il semble qu’une solution pourrait se dégager. 

 

D’un autre côté, lorsque le projet sera devenu réalité, le bourgmestre a assuré à ce niveau que chaque parti sera représenté dans un esprit pluraliste en donnant l’exemple du fonctionnement du Centre culturel. 

Revenons à ce parc naturel de plus 10.000 hectares qui portera le nom de Parc Naturel du Pays des Sources, c’est un prolongement et un cadre légal des importantes mesures de surveillance et de protection installées sur les communes de Spa et de Stoumont pour assurer la qualité et la pérennité des captages d’eau minérale naturelle. 

 

Outre les deux communes, la société Spadel, le Département Nature et Forêts du SPW, l’asbl Domaine de Bérinzenne y seront aussi associées. 

La description du projet cite également que c’est une manière d’informer les habitants du territoire concerné mais aussi le public en général, de l’importance de la protection de l’eau minérale naturelle. 

Après l’approbation du projet par les instances respectives, le parc associera les deux communes dans une démarche coordonnée de conservation du patrimoine naturel, de développement des activités rurales et d’aménagement du territoire. 

Les parcs naturels sont subsidiés par la Région wallonne pour l’équipement et le fonctionnement d’une maison de parc. Ils constituent une réelle plus value touristique susceptible d’accroître l’attrait de nos communes aux yeux des touristes issus de régions éloignées. 

Point 12: Marché groupé d’achat d’électricité et de gaz. 

Lors du marché précédent initié par l’intercommunale FINIMO, la fourniture d’électricité était 100 % verte et à meilleur prix, la commune en avait d’ailleurs fait état dans le bulletin
d’information communale. 

Pour des raisons techniques, la condition a été supprimée par l’intercommunale mais il restait une marge de manœuvre que la majorité n’avait pas retenue, celle de la possibilité si l’adjudicataire n’est pas vert et qu’il peut en fournir de repasser au vert. 

ECOLO a expliqué qui si on décide un parc naturel (voi ci-dessus), les Francofolies sont au vert, Aqualis propose à ses administrateurs le projet EMAS, Spadel fait des efforts importants dans ce sens et M. Gardier, notre premier échevin propose dans la presse un Grand Prix de Francorchamps vert, il n’est pas logique que la majorité ne montre pas sa volonté d’être fournie 100 % vert. 

La majorité a été convaincue par nos arguments et à décider d’aller dans ce sens au lieu de simplement regretter et émettre le vœu que soit réinsérée dans le prochain cahier des charges la clause «  condition énergie 100 % verte » 

Point 19 : remplacement du système de chauffage du bâtiment du tennis 

En début d’année, la décision de la commune pour la construction de la bulle du tennis dont l’objectif «  coût zéro € de frais de fonctionnement » mais qui devrait être énergivore, nous laissa perplexe. 

Bien sûr, le fait acquis de la fourniture de l’énergie en trop de la station de cogénération de Spadel proche à prix intéressant et de subsides étaient des éléments déterminants dans la décision du conseil collège échevinal et du conseil communal. 

A l’heure actuelle, on apprend qu’il n’y a plus beaucoup de chances du côté de la fourniture de Spadel et pour les subsides, le dossier est à recommencer. 

Ici, ce sont des frais annexes importants qui sont évoqués, pas moins de 47.998,28 € TVAC soit près de 2 millions de francs belges pour le remplacement du système de chauffage du bâtiment actuel !
Bien sûr, on nous a expliqué que cela comprenait le démontage de l’ancienne chaudière à mazout,
l’évacuation de la citerne à mazout, plus d’autres petites choses mais il est qu’en même encore 22.000 € pour la chaudière. On est proche de penser qu’elle pourra chauffer la future bulle également 

D’un autre côté, vu les finances communales, nous pensons que c’est peut-être intéressant de postposer cet investissement de construction d’une bulle. A titre d’exemple, la construction de l’école communale de Nivezé a attendu combien d’années ? 

Point 31 : Budget communal de l’exercice 2011 

Comme nous l’exprimions en début d’année, la gestion financière de la ville de Spa était un de ses points forts puisqu’elle avait pu amasser un bas de laine conséquent dans le budget extraordinaire. 

Même à Spa, nous traversons une période difficile en lisant le rapport de la Commission Budgétaire composée du Bourgmestre, la Secrétaire communale et la Receveuse communale. 

Pour le budget ordinaire, la receveuse écrit ceci « le déficit à l’exercice propre ne fait que s’aggraver, ceci aura des conséquences sur la trésorerie de la ville. La dette devient de plus en plus lourde. L’emprunt du Pouhon et de la crèche ne sont pas encore pris en considération »  

De notre côté, sans vouloir être pessismiste, nous avons tous constatés que pendant la saison estivale, le temps n’a pas été beau ce qui entraînera comme conséquence moins de ventes d’eaux de Spa et moins de rentrées financières pour l’année prochaine. 

Nous rappelons que ce n’est pas le bas de laine qui doit servir à éponger les pertes annuelles mais une réduction des dépenses. 

Lors de la lecture des comptes de l’asbl Belgomania, organisatrice des Francofolies, nous constatons
que pour 2010, celle-ci est bénéficiaire de 112.324,24 € et que la subvention de la commune de Spa de 120.100 € ! Bien sûr, comme nous a dit, le président des Francofolies et premier échevin, ce n’est pas toutes les années la même chose. C’est vrai et de notre côté, nous ajouterons que « les peanuts » de la Région wallonne (265.000 €) et de la Communauté française (316.961 €) pourraient être revues à la baisse. 

D’un autre côté, la ville de Spa n’a pas 50 € pour l’action de l’Unicef dans la Corne de l’Afrique où des milliers de personnes ont faim, je verse en mon nom une somme et je vous encourage à faire de même, si vous en avez la possibilité. 

 

Pour ECOLO, nous répétons notre message de début d’année en fonction des priorités de chacun, il faut prendre des mesures pour dépenser moins et mieux. 

Claude Brouet

Conseiller communal ECOLO 

Pour ECOLO 

Pierre Mostarac, Jonathan Fischabach 

Ginette Doyen 

Share This